Back to the grindstone!

14 07 2013

I have just spent the most awesome two weeks vacation ever! One week spent at home, with the wife,  enjoying the pool, running errands that were overdue, but most of all, relaxing! The second week, spending some quality time in Jamaica, where we just had a ball!

Now don’t get me wrong! I love my job. I’m one of those fortunate ones who love their jobs, and I’m not just saying that. I truly believe it. But it still is a demanding and stressful job,  and the two weeks off were a welcome break fro  the beautiful madness that is my job.

But now, after some well deserved time off, I ended it with a fine glass of Johnny Walker Double Black, and a nice relaxing Cubana cigar, sitting on the back porch. A perfect end to a perfect vacation!

And now the batteries are fully charged, and I’m ready to get back to work. Bring it on!

Advertisements




Bouffe de rue (ou Comment se penser plus spécial que l’on est)

4 07 2013

Comme je suis en vacances, cette semaine, et que j’avais un rendez-vous dans le centre-ville, hier, ma femme et moi avons décidé d’essayer la fameuse bouffe de rue qu’on a tant entendu parler. On s’est donc arrêté au camion ChaudsDogs, où on s’est prit 1 pogo fait maison, avec des chips maison et un soda également fait maison (citron, fraise, basilique et menthe: Intéressant), tout ça pour 12$ chaque.

J’avoue que c’était très bon. Honnêtement, je ne suis pas certain que ça valait 12$, surtout que je suis resté en ligne pendant au moins 30 minutes.

Il y a deux problèmes avec la bouffe de rue qu’on a voulu implanté à Montréal.

Premièrement, Montréal a plié devant les restaurateurs, qui ont tous eu peur de perdre de leur chiffre d’affaire. Parce que c’est ça notre société d’aujourd’hui. Quand quelqu’un ou quelque chose menace notre business, on va tout faire pour l’en empêcher. Au lieu de, je sais pas, trouver un moyen d’innover nous même.

Mais l’autre problème, lui, est simple. On essaie de passer pour meilleurs qu’on est. On veut montrer qu’on est trop bon pour des hot-dogs ou des frittes. On a pas de maire, le maire intérimaire s’est fait arrêté, mais on mérite apparemment mieux que des gyros ou des shish-taouks sur le coin de la rue. Ça prends de la bouffe de foodies, ça prend de la bouffe fait par Ricardo ou bien Chuck Hughes, parce que notre ville est peut-être corrompue, mais pas question qu’on mange ce que la même chose que les pas de classes.

La seule bonne chose avec la bouffe de rue: Les foodcourts du centre-ville sont moins pleins!





Schällibaum encore suspendu

3 07 2013

Pour la troisième fois de la saison (qui est quand même relativement jeune), l’entraineur de l’Impact Marco Schällibaum est suspendu. Je n’ai pas vu ce qui s’est passé, mais faut croire qu’il le méritait.

J’aime bien Schällibaum. J’aime son style, j’aime ce qu’il a apporté à l’équipe. Mais c’est pas normal que l’entraineur soit suspendu 3 fois, à 3 occasions différentes, en une demie saison. Le problème, c’est que le coach va développer une mauvaise réputation. Déjà que le capitaine, Davy Arnaud, est probablement un des joueurs les plus chialeux de la ligue. Jesse Marsch, l’an dernier, était extrêmement vocale et bouillant sur les lignes de côté, mais ne s’est fait suspendre qu’une seule fois, en fin de saison.

Je crois sincèrement que Schällibaum devrait se calmer quelque peu, parce que plus ça va aller, plus les officiels vont avoir la mèche courte envers l’équipe, et ça risque de faire mal à l’Impact.