Le toit du stade…

30 08 2010

Ok, on peut-tu lâcher le morceau avec le stade. On parle encore de changer le toit, et je suis tanné. Ça coute cher, pis pour rien en plus.

Premièrement, pourquoi changer le toit du stade? À ce que je sache, celui là fonctionne bien? L’Impact a joué dessus voilà 2 ans en plein hiver, et il est rien arrivé. Pourquoi mettre de l’argent alors que ce n’est pas nécessaire? Ok, vous allez me dire qu’avec la neige, il n’est pas sécuritaire. Ouin pis? Je m’en fous, moi, des expositions. C’est supposé être un stade sportif, pas un Palais des Congrès 2.

Et en plus, pourquoi est-ce que j’entends parler de toit rétractable? Pourquoi rétractable? Est-ce qu’il va y avoir une autre équipe? Est-ce qu’il y a quelque chose sur le retour des Expos qui m’a échappé?

De toute façon, j’ai jamais compris pourquoi il y avait un toit sur le Stade, à part pour aider les Expos lorsqu’il pleut. À ce que je sache, la pluie ici et en Floride, c’est pas mal la même chose! Pourquoi est-ce qu’eux, en Floride, ils n’ont pas de toit? Pourquoi on est si spécial que ça, nous?

Des fois, je me demande pourquoi la province s’engage dans des projets de cons comme ça, et la seule réponse qui me vient à l’esprit, c’est du lobbying. Soit les lobbyistes sont excellent, ici, ou alors c’est juste trop facile de faire du lobby à chaque fois qu’une compagnie ou une autre a un plan pour s’enrichir.

Advertisements




De tout et de rien VI

28 08 2010
  • Un chose qui me les tape au travail, c’est que les matantes qui travaillent dans mon département parlent des célébrités (québécoises, en plus) comme s’ils les connaissaient. Ce midi, ils ont passé 20 minutes à parler du mariage de Mitsou comme s’ils étaient là.
  • Parlant du mariage de Mitsou… Je suis bien content pour elle, mais … est-ce que c’était vraiment nécessaire de prendre la première page du Journal de Montréal de vendredi pour en parler? Il y a eu un complot terroriste de démasqué, un rappel volontaire de Toyota, un vol de pot à la GRC… Est-ce que vraiment, le mariage de Mitsou était la plus grosse nouvelle de la journée? Priorité, S.V.P. !
  • Tant qu’à bucher sur un journal, aussi bien le faire sur l’autre… La Presse a montré un sérieux manque de professionalisme, à mon avis, en titrant la chronique de vendredi de Réjean Tremblay “Shane Doan donne raison à Denis Coderre”. C’est tout à fait faux! Shane Doan a simplement admit qu’il y avait eu des propos diffamatoires, mais que ce n’était pas lui qui les avait dites. Dans le fond, on pourrait bien dire que c’est Denis Coderre qui a donné raison à Shane Doan. En acceptant le règlement hors-cour, Coderre admet que Doan n’a pas dit de propos diffamatoires, bien qu’il ait gaspillé 5 ans de salive à crier à qui veut bien l’entendre que le capitaine des Coyotes est un francophobe.
  • Pour la première fois, j’ai été mangé à L’Auberge Du Dragon Rouge, cette semaine. C’est fou l’attention qui a été porté sur les détails. Même les serveurs ont un accent un peu médiéval. Faut que j’y retourne!
  • Le hockey recommence en fin de semaine. Hier, les tests sur glace, et aujourd’hui, les tests en gymnase. J’espère juste être assez en forme.
  • Canicule? Pour vrai? Je commençais à être bien, là… :/

Bonne fin de semaine!





Final Fantasy XIII: Déception…

27 08 2010

Je suis quelque peu un fan de la série Final Fantasy depuis longtemps. En fait, j’ai joué à plusieurs quand j’étais jeune, mais le VII est vraiment celui qui m’a marqué. Je n’ai pas vraiment joué aux autres.

Donc, quand FF XIII est sorti, plus tôt cette année, j’étais excité à l’idée d’y jouer, sur mon XBox en plus! Malheureusement, j’ai été très déçu…

Graphiquement, le jeu est superbe. Les graphiques sont très beau, les changements de scène sont presque fluides, les effets spéciaux sont magnifiques. Côté audio, on est bien servi également. Belle musique, digne des jeux précédents, trame sonore qui s’ajuste à l’intensité de la scène.

C’est du côté gameplay que ça se gâte. Ce n’est pas que le jeu est mauvais. Il y a eu beaucoup de changement du côté des mécaniques de batailles. Le joueur ne contrôle qu’un seul personnage, par contre il peut diriger le rôle des autres personnages (magie, attaques physique, healer, etc…). Ça s’apprend assez vite, surtout grâce aux tutoriels. Sauf que les batailles ne sont plus absolument nécessaire pour s’améliorer. Dans les jeux précédents, il fallait grinder des niveaux, c’est à dire faire des centaines de batailles pour améliorer son niveau et aller chercher des habiletés ou des armes supérieurs. Mais dans XIII, ce n’est pas nécessaire. On peut même éviter les batailles par endroit, parce que justement, quand on se promène sur les maps, on peut voir les ennemis au loin. Donc, on peut chercher à les éviter, les combats ne sont pas aléatoire.

Et comme on parle des maps … J’ai fait le tiers du jeu (le premier disque sur 3 en version X360), et c’est beaucoup trop linéaire. Tu ne peux aller que dans une direction. Je sais que, dans VII, la première partie du jeu, dans Midgar, était très linéaire. Mais encore là, il y avait de l’exploration à faire.  Le Wall Market, par exemple, où tu devais trouver des accessoires pour avoir l’air d’une fille (faut jouer au jeu pour voir le contexte… :) ). Mais dans XIII, malheureusement, il n’y a aucune exploration. Simplement courir vers un point indiqué sur un GPS de style GTA, combattre les ennemis sur le chemin, et courir vers l’autre point … C’est tout, et c’est plate après quelques heures…

Le gros problème du jeu, c’est que ça ne ressemble en rien à un Final Fantasy. Ce n’est même pas un RPG, c’est un jeu d’action. Ça pourrait être n’importe quoi d’autres que Final Fantasy. Le jeu aurait pu s’appeler “Rise Of The Pulse” (le Pulse, c’est l’ennemi), et j’aurais trouvé le jeu magnifique. Mais on y met le tag “Final Fantasy”, et ça n’a pas de sens. Un peu comme le film Final Fantasy: The Spirits Within. Si tu appelles le film The Spirits Within, et c’est un chef d’oeuvre multimédia, avec des animations jamais vu (qui étaient d’ailleurs très avancés pour l’époque). Mais associe-le à FF, et c’est un flop. Pourquoi? Parce que tout ça n’a rien à voir avec la série originale. Pas de villages, pas de Inns, pas de marchant d’armes. Finie la musique d’intro habituelle, le cue de victoire ou la musique de stats qui va avec. En fait, le seul lien entre ce jeu et la série Final Fantasy, c’est le petit Chocobo dans les cheveux de Sasz.

On dirait quasiment qu’ils ont fait un Super Mario Bros 2. Ils ont crée un jeu, et comme ils avaient peur qu’il ne soit pas populaires, SquareEnix a décidé de le mettre sur la franchise FF. Dans les deux cas, ça fait un bon jeu, mais pas un bon épisode de la franchise.

6/10





Un an sans fumer…

26 08 2010

Aujourd’hui, c’est un anniversaire un peu spécial, pour moi. Pas ma fête, pas mon anniversaire de mariage, pas la date de mon embauche à mon travail…

Non, aujourd’hui, c’est différent. Ça fait un an, jour pour jour que j’ai arrêté de fumer.

Certains vont vous dire que c’est difficile, mais pour moi, ça a été relativement facile! J’ai suivi la méthode Easyway d’Allen Carr (j’en ai parlé ici). Cette méthode change complètement ta manière de penser face à la cigarette. Tellement au point où, un an plus tard, ça ne me manque toujours pas. J’ai même jamais eu le goût d’une puff dans un party bien arrosé, ou d’une “bonne” cigarette dans un moment de stress (et Dieu sais que j’en ai eu des moments de stress, dernièrement…).

Ça fait déjà un an, et j’en vois très bien les bienfaits. Je cours plus longtemps, je m’essoufle moins, j’ai plus d’argent… Je ne retournerais plus à cette époque là!

Je me paye une gaterie, ce soir. Je sais pas quoi, encore, mais je m’en paye une, c’est sûr! :)





Lost In Translation…

24 08 2010

C’est pas la première fois que je vois ça, mais ça me fait tiquer, un peu…

Voici un article sur le procès de Charlie Sheen pour voie de fait sur sa femme. L’histoire en tant que tel est plutôt pathétique, mais ce n’est pas ce qui m’a accroché. Il y a une phrase dans le texte qui me fait grincer des dents:

“Le couple a alors commencé à se frapper les mains et le tout a dégénéré en une bataille plus sérieuse.”

En lisant ça, j’ai essayé de m’imaginer Charlie Sheen et sa femme jouer à “mains chaudes” ou à faire une espèce de poignée de mains secrète très compliquée … puis j’ai abandonner en me disant que, probablement, ils ont voulu dire “started hand-slapping each other”, ou, en bon québécois, qu’ils se sont mutuellement crissés des claques dans face.

Tout ça pour dire que c’est pas la première fois qu’une mauvaise traduction porte à confusion. Quand c’est quelque chose de plus compliqué, ok, mais confondre une gifle avec “se frapper les mains”, il y a une marge. On dirait presque qu’ils ont pris un texte, l’ont passé dans Google Translate, et l’ont posté sans vérifier (d’ailleurs, essayez de traduire “je vais t’en donner une osti” dans Translate; ça donne “I’ll give you a fucking”).

Me semble que c’est pas trop compliqué, relire le texte et faire la traduction soi-même. Mais, au grand dam de ma femme qui est traductrice/correctrice, les médias semblent se foutrent de ça, et portent de moins en moins attention à la qualité de leurs textes.

Comme ce magazine qui disait, en gros titre sur la couverture, que “Bill Clinton marie sa fille”. Sauf que dans ce cas là, je crois plus qu’on a essayé de mettre de l’ambiguité pour vendre plus de magazine. Mais ça, c’est un autre dossier…





Solution pour des films en anglais au ciné-parc

23 08 2010

Ça fait une éternité que je ne suis pas allé au Ciné-Parc. Pourtant, j’adore le ciné-parc. Pourquoi je n’y vais plus? Il n’y a aucun film en anglais!

Comme de plus en plus de Québecois francophone, je regarde mes films en anglais. Simplement parce que le film a été fait en anglais, et que c’est la version que le réalisateur a voulu montrer. En plus, les traductions sont soit poche, ou soit ils perdent l’esprit du film. Et je sais que je ne suis pas seul. De plus en plus, lorsque je vais au cinéma voir un film en anglais, il y a d’autres francophones dans la salle.

Malheureusement, aucun ciné-parc dans la région de Montréal ne diffuse de films en anglais. Le plus proche, je crois, c’est à Gatineau. Je me demande souvent pourquoi c’est comme ça. Peut-être parce que ceux qui parlent anglais normalement parle aussi français (et ça devrait être comme ça), alors que les francophones ne parlent pas nécessairement anglais.

Mais avec la technologie, me semble qu’il y a une solution tellement simple! Dans les ciné-parcs (en tout cas, c’était comme ça il y a 10 ans), la bande audio des films est diffusé par ondes radios. Tu mets la radio au poste assigné à ton film, et tu l’écoutes. Il pourrait pas y avoir un deuxième poste radio avec la trame en anglais? Je veux dire, les DVDs te donnent le choix, le film dans l’avion te donne le choix … Me semble que ça serait simple, non? À l’entrée de chaque écran: “V.F. : 103.3   –   V.O. : 103.9”.

Et je peux garantir que, si jamais ça se fait, le chiffre d’affaire exploserait pour les propriétaires de ciné-parc!





Mon nouveau jouet: le Kobo E-Reader

19 08 2010

Ça faisait longtemps que je voulais me procurer un lecteur de e-books (le mot livrel ne m’inspire pas encore…), mais il n’y avait rien qui valait la peine, encore. Kindle est populaire, mais utilise un format propriétaire, c’est-à-dire qui ne peut être lu que par le Kindle, et que seul le Kindle peut lire. En plus, récemment, Amazon a effacé sur des Kindles de ceux qui l’avait acheté un livre que l’éditeur a décidé de retirer du format e-book. Donc, je ne truste pas Amazon. Le Sony avait l’air bien, mais sans plus, et c’était un peu cher…

Le printemps dernier, en cherchant un livre sur le site de Chapters, je tombe sur une annonce pour le Kobo E-Reader. Plus ça allait, plus les reviews que je voyais semblait valoir la peine. Je l’ai donc acheté, et je ne le regrette pas du tout.

L’appareil lit les EPubs (format open utilisé par plusieurs lecteurs, ainsi que plusieurs sites d’achats d’e-books) ainsi que les PDFs. C’est très facile de copier les e-books dessus, soit en utilisant Adobe Digital Editions, ou alors en utilisant le Kobo Desktop (que je n’aime pas vraiment, trop de bugs). L’écran E-Ink de 6 pouces est amplement grand, 5 différentes grosseurs de caractères, en plus de 2 polices. Comme tout lecteur d’e-books, le changement de page est un peu long, mais rien de trop grave. Genre 2-3 secondes entre appuyer sur le bouton et le changement de page. Pas si pire. La batterie a une bonne durée. Je l’ai chargé quand je l’ai eu, j’ai lu 2 livres et demi à date, et il me reste encore le quart de la batterie. Il se transporte bien, est très léger. Je l’ai lu l’autre jour dans le métro, et ça se tient beaucoup mieux qu’un livre.

Honnêtement, je n’arrive pas encore à trouver un point négatif. À part peut-être que le logiciel Kobo Desktop est mauvais, et que l’appareil est peut-être un peu fragile (j’ai du retourné le premier que j’ai acheté, parce que l’écran ne rafraichissait plus bien). Sinon c’est un appareil à essayer absolument si vous chercher un lecteur de e-books.

Je doute que les e-books vont complètement remplacer les livres papiers. Mais ça risque fort de créer de nombreux nouveaux fans de littératures.