La fièvre des séries: Prenons un grand respire…

29 04 2010

Je crois que c’est safe de dire qu’avec la victoire du Canadien en 7 contre les détenteurs de la Coupe du Président, la fièvre des séries à bel et bien gagné la ville, et tout le monde (incluant yours truly) est euphorique!

Mais avant de succomber à cette fièvre printanière des séries, c’est le temps de prendre 2 aspirines.

Je suis le premier à l’avouer, jamais j’aurais pensé que Montréal sortirait Washington. Jamais! Pas avec Ovechkin (qui doit surement avoir mal à la machoire à force de mettre le pied dans la bouche), Semin (qui a eu des séries de marde) et Backstrom (le seul vraiment qui a joué à son plein potentiel). Et pourtant, c’est ce qui est arrivé! Et là, tous les espoirs sont permis.

Par contre, je suis quand même septique. On affronte quand même Pittsburgh. Crosby et Malkin. Pas trop commode. Ils seront pas facile! Et va falloir que la défensive joue pas mal mieux. C’est pas normal qu’ils accordent au-dessus de 40 lancers dans 2 matchs de suite. Halak pourra pas goaler comme ça tout le reste des séries. C’est bien beau que l’attaque produit un peu plus (Cammalleri qui a débloquer, ça aide), mais c’est pas super.

Mais bon, tout est possible! Et si le Canadien, par un miracle digne des fantômes du Forum, fini par passer les Penguins, on pourra commencer à rêver…

Still…

GO HABS GO!!!





Hey, merde…

24 04 2010

Just my luck…

Une belle fin de semaine, du beau temps, rien de prévu… pis je me scrappe le dos solide.

J’ai déjà le dos un peu magané. Deux fois cette saison, j’ai barré un peu dans le bas du dos, mais rien de majeur. Un jour ou deux à avoir mal, mais rien de plus.

Ce matin, par contre, j’ai été aider mon frère à déménager. On descendait le poêle, et à la dernière marche, je l’ai senti. Sur le coup, ça fait mal, mais ça a parti, comme la dernière fois.

C’est quand je suis descendu de mon auto une fois arrivé à son nouveau condo que ça s’est empiré. Je pouvais à peine me déplier, marcher était très souffrant, et une fois assis, je ne pouvais même plus me relever!

Ce qui fait que j’ai passé le reste de mon samedi (et probablement mon dimanche) chez moi, avec des hot pads et du Robax, au lieu d’aller faire du jogging à l’Île de la Visitation et de profiter de la belle température…

Ça m’écoeure, parce que je vais probablement être une semaine sans faire de jogging, sans rien faire, vraiment, à cause d’une niaiserie…

Calisse…





Splinter Cell: Conviction – Wow…

19 04 2010

J’ai jamais acheté un jeu le jour de sa sortie! Mais j’ai toujours été un fan de Splinter Cell, depuis que j’ai joué à Pandora Tomorrow sur Game Cube, il y a longtemps. Et ça fait tellement longtemps qu’il dise que ça allait sortir, je me dit que ça ne doit qu’être bon! J’ai donc fait une pré-commande en fin de semaine dernière, et j’ai été chercher le jeu mardi soir après le travail. J’ai fini le mode solo dimanche soir!

Et je suis loin d’être déçu!

En gros, le jeu est exactement ce à quoi je m’attendais. Les graphiques sont magnifiques, la musique est bonne, le jeu est captivant. La nouvelle mécanique de jeu est facile à apprendre, et les “Mark & Execute” sont tout simplement superbe.

Oui, c’est un “departure” des 4 autres jeux de la série. Moins de stealth, plus de shoot. Mais en même temps, c’est pas si différent que ça! Disons que, dans les autres jeux, tu fais le tour vite. Tu te caches, tu knockes quelqu’un, tu vas cacher le corps, tu éteins une lumière, tu hackes un ordinateur… C’est le fun, mais c’est pas mal la même chose. Conviction était l’occasion de réinventer la roue, et Ubisoft Montréal l’ont fait parfaitement. D’ailleurs, un gars qui a perdu sa fille et qui veut se venger, pensez-vous vraiment qu’il va attendre dans l’ombre jusqu’à temps que l’ennemi passe devant lui pour lui faire la prise du sommeil? Je pense plus qu’il va faire son Jack Bauer et descendre tout le monde avant qu’ils n’ait le temps de crier “FISHER!”

Les objectifs et les vidéos diffusés sur les murs et les planchers sont une très grosse amélioration. Ça permet d’afficher les messages, où les lieux et objectifs, tout en restant dans le jeu. Ça ne nuit pas, même que ça aide un peu. Et les vidéos mettent un peu dans l’ambiance. En gros, ils ont réussi à donner une vraie allure de film au jeu. Pas juste présenter l’histoire comme un film, mais aussi jouer comme si on était dans un film. C’est un peu dur à expliquer, mais l’effet est écoeurant!

J’ai quelques réserves sur certaines choses. J’ai des fois l’impression que Fisher baisse son gun trop vite, ce qui fait que je vise, et dans je tire, ca prend une demie-seconde avant de partir. Ça l’air de rien, mais quand tu veux timer ton shot avec quand le gars va passer, c’est chiant. Aussi, le placotage des ennemis est un peu redondant après un bout de temps, mais est quand même bien adapté à la mission en cours.

En gros, un jeu incroyable, qui valait bien l’attente. Maintenant, à moi de tester les autres modes. J’attends qu’un de mes chums finisse le mode solo,  et on va faire le mode coop campaign sur XBox Live! Mais à tout le monde, je vous le dit, si vous avez aimer Splinter Cell, de grâce, essayer Conviction!

9/10





1 down, 15 to go!

16 04 2010

Assez malade comme fin de match, hier!

Faut dire que le Canadien a joué comme des pee-wees, en première période. Spacek lui, jouait comme un atome. Mais je suis quand même content de voir que Cammalleri* a finalement compté. Et en deuxième, ils se sont mis à joué comme j’ai presque pas vu cette saison. Washington ne savait plus où donner de la tête, surtout Ovechkin (crisse qu’il est pas beau!)

Et pour couronner le tout, Tomas “Jagr” Plekanec qui score le but en prolongation contre Théo! Ouch!

Je continue à croire que, selon toute logique, les Capitals vont gagner la série. Mais mon coeur de partisan voit une lueur d’espoir, avec l’avantage de la glace qui change de côté, et le coup à la confiance des Caps. On peut toujours rêver, non?

* Ceux qui ont porté attention comme moi à la publicité de Bell avec les cartes de joueur, ils ont écrit “Cammalerri”! Me semble qu’une compagnie de l’envergure de Bell devrait faire plus attention à l’orthographe des noms de l’équipe qu’il commandite.





35:38.1

12 04 2010

C’est mon temps d’hier! Ma première course à vie, le 5km de Champfleury, à Laval. Ça faisait longtemps que je voulais en faire une, depuis que j’ai commencé à courir l’été dernier.

J’avais un peu peur, au début, parce que ça fait seulement deux semaines que j’ai recommencé à courir. Avec le hockey et le froid, aller faire une course en hiver est quelque chose de plus difficile, à moins d’avoir un tapis (ce qu’on devrait avoir l’hiver prochain). Donc avec seulement 2 semaines d’entrainement, et un pacing plus lent que l’été dernier, j’ai quand même décidé de me lancer. Après quelques courses d’entrainement, je me fixe comme objectif de le faire en moins de 40 minutes (c’est lent vous me dites, mais c’est la première fois que je fais une course, j’ai aucune idée de ce que je peux faire!).

Premièrement, la course commence en retard, parce qu’il y a du monde comme ça se peut pas qui attendent encore de s’inscrire. Donc, avec une demie-heure de retard, et un réchauffement de groupe (parce qu’il faisait très froid!), on sonne le départ de la course, et c’est parti. Je prends une petite vitesse, pas trop vite, mais pas trop lent non plus. Juste assez pour essayer de garder le rythme tout le long. Mais il me semble que je vais un peu plus vite que d’habitude. N’empêche que plein de monde me dépasse, si bien qu’après à peu près 500 mètres, il reste pas plus que 6 personnes en arrière de moi! Meh! Je me doutais que j’allais pas faire le top 10!

1KM – Wow! Déjà. Je regarde ma montre : 6:20. Je savais que je courais un peu plus vite, mais pas au point de faire le 5KM en 32 minutes. Bon, je sais que je vais ralentir, un peu. Reste que c’est surprenant.

2KM – Y a une petite fille bénévole au coin de la rue qui encourage le monde! “Allez-y monsieur, déjà 2km de fait!” Je lui donne un high-five! À mi-chemin de la course, il y a une table avec de l’eau! J’ai toujours voulu faire comme à TV, pis me vider l’eau sur la tête, mais j’ai soif, et l’eau dans ma bouteille commence à être chaude! J’ai donc bu le verre bien froid.

3KM – Y a un auto qui s’arrête près de moi. La fenêtre se baisse, et c’est le photographe du Courrier Laval qui me prend en photo. On se connait un peu, puisque ma femme est journaliste et le connait bien. Il me dit “Eh que t’as l’air bon!”. Je lui réponds “T’es mieux de l’envoyer à ma femme!”.

4KM – 29 minutes, à peu près. Ça regarde pas pire. J’accélère un peu! En chemin, il y a un commerce de conditionnement physique (je pourrais pas dire c’est quoi en fait!) qui a installé une table et qui donne des verres de Gatorade en disant “On a du spinning qui commence en mai!”. Je prends le verre, je ne m’inscrirai pas au spinning! ;) Un peu plus loin, j’entends des pas qui viennent assez vite! Je me retourne, et je vois un coureur avec un dossard blanc. C’est le meneur de la course de 10km (les 5km ont des dossards bleus). Il va finir son 10 km avec que je finisse mon 5km. Je trouve ça un peu drôle.

Il y en a un autre qui me passe à la hauteur du … Eille, c’est le centre communautaire, ça! Je suis déjà arrivé? Je tourne le coin  pour la dernière ligne droite, et je pars comme une balle. Je passe l’arrivée, et j’arrêtes ma montre : un peu moins que 36 minutes! Ça se peut pas! J’en reviens pas, mais le chrono officiel est dans les 36 minutes, donc ça doit être vrai. Après avoir enlevé ma puce de chronométrage, et repris mon souffle, je rentre dans le centre pour voir mon temps officiel: 35:38.1. Presque 5 minutes sous mon objectif.

Ce qui m’a surpris dans tout ça, c’est que ça pas été si pire que ça! Je dirais pas que ça été facile, mais ça n’a pas été trop difficile. Je n’avais pas mal nul part, je n’étais pas à bout de souffle (à part mon sprint de la fin), et je n’ai même pas eu le gout d’arrêter, même pas de marcher un peu. Bon, j’étais quand même à la fin, je suis le dernier parmi les hommes, mais je m’en fous un peu. Je sais maintenant à quoi m’attendre, et je vais en refaire d’autres, c’est sur.

Au départ, je visais le 10km au marathon de Montréal. Maintenant, je vais me concentrer sur le 5km pour cette année, et on verra l’année prochaine. Mon objectif pour cette année: Faire le 5km au marathon de Montréal, sous les 30 minutes. C’est pas facile, mais réalisable. En attendant, je vais m’en trouver quelques autres à faire en attendant.

Oh, et je m’étais promis une récompense si je faisais la course sous 40 minutes, et je vais l’avoir: J’ai été pré-commander Splinter Cell: Conviction hier après-midi! La journée de demain va être looonnnnggguuueee!!!!!!!!





L’art de se déresponsabiliser

7 04 2010

Le poil m’a dressé ce matin, quand j’ai lu un reportage dans le Journal de Montréal, où le monde est pratiquement en train de se révolter face aux policiers qui donnent des tickets.

Vous savez, ces petits billets d’infraction que vous recevez quand vous faîtes quelque chose de pas correct.

J’ai de la misère à comprendre pourquoi le monde se fâche parce qu’on leur dit “T’as pas le droit de faire ça!” Sérieusement! La raison pourquoi on vous donne un billet, c’est que vous avez enfreint la loi!

J’aime pas ça recevoir un ticket. Quand j’en reçois un, c’est sur que j’enrage contre le policier ou l’aubergine qui me coute de l’argent. Mais reste que je sais que c’est ma faute! J’irai pas contester juste parce que je veux pas payer l’amende…

Un de mes chums a déjà fait quelque chose du genre. Il s’est fait prendre à 140 km/h, il y a quelques années. Plutôt que de payer l’amende, il a contesté en remettant en question la méthode d’utilisation du radar. Il a argué que, selon le manuel d’instruction du radar en question, ce dernier doit être utilisé sur un trépied, alors que le policier le tenait dans sa main. Il a eu gain de cause et s’est sauvé d’une jolie amende. Et pendant tout ça, il n’a jamais nié avoir dépassé la limite de vitesse de 40 km/h.

Mais on est comme ça, ici! On fait ce qu’on veut, et il y a pas personne qui va venir nous dire d’arrêter. Si une loi me brime dans ma liberté, ça devrait être mon droit de ne pas la respecter.

Voici quelques perles de l’article en question:

Plusieurs automobilistes éprouvent un grand stress devant la menace d’accumuler autant de points d’inaptitude et de payer de si grosses amendes. Déprime, insomnie, manque d’appétit.

Vraiment?!? Tu sais qu’il y a un remède pour ça? Ça s’appelle respecter les limites de vitesse!

Les grands excès de vitesse sont sans conteste les billets qui suscitent le plus de grogne.

Donc si je comprends bien, ils chialent parce qu’on veut les empêcher de faire de la vitesse?

« Les clients se sentent comme des criminels de la route», dit Me Bruno Chatelois, de Monticket.ca.

Je dirais pas criminel, mais c’est quoi d’après vous quand vous enfreignez la loi?

« Il y a des gens qui pleurent en s’inscrivant chez nous, raconte Alfredo Munoz. Il y en a pour qui c’est des drames.»

C’est pas SOS Ticket que vous avez besoin dans ce cas là! C’est un psychiatre!

Mon beau-père vit en Égypte environ 6 mois par année. Si vous saviez à quel point conduire là-bas est un sport extrême! Les lumières rouges ne veulent rien dire, ça roule à 5 de large alors qu’il n’y a que 3 voies, ça coupe sans avertissement, ça laisse pas de priorité… Faut que les policiers ici commencent à quelques part, pour éviter que ça devienne comme ça, ici! Remarque que ça commence déjà à être grave. On coupe par la droite. On tourne sur une rouge alors qu’il y a une pancarte qui l’interdit. Lorsque c’est jaune, ça veut dire qu’on doit se dépêcher à traverser, même si quand on va passer le coin de la rue, ça va être rouge.

Le bottom line de tout ça, c’est que les gens ne veulent pas qu’on leur donne de billets lorsqu’ils font de la vitesse, où lorsqu’ils brulent des rouges, ou se stationnent dans des zones interdites. Le problème, c’est que quand la situation va être devenue comme en Égypte, on va se plaindre que les policiers ne font rien.

Donc, on refuse de prendre le blâme pour quoi que ce soit! C’est ça, se déresponsabiliser.





L’été s’en vient!

6 04 2010

Bon, je sais que c’est pas super beau aujourd’hui, mais comme j’ai dit plus tôt, je voulais écrire ceci en fin de semaine, mais … bon…

Jeudi dernier, quand j’ai vu qu’ils annonçaient 25’C pour vendredi, j’ai été voir mon boss pour lui demander une journée de congé supplémentaire (notre bureau était ouvert le Vendredi Saint, mais fermé le lundi). Je voulais simplement avoir mes 4 jours de congé, profiter du beau temps, et aussi avoir le temps de booker l’inspection de notre nouvelle maison.

Donc, en me levant, vendredi matin, avec le beau soleil, la belle température, j’ai préparer mes choses. Ma femme avait déjà congé, on a donc été se chercher à déjeuner, j’ai regardé The Price Is Right (un incontournable quand je ne travaille pas), puis, alors que ma tendre moitié s’est rendu à un cours de spinning à son gym, j’ai été faire ma première course de l’année. Je vise cette année de faire le 10km au marathon de Montréal, je dois donc commencer quelque part (en plus, je fais un 5km ce dimanche à Laval, donc …).

Et comme il faisait beau, je suis donc aller au parc de l’Ile de la Visitation. J’ai fait presque tout le parc nature au grand complet. De la rue Du Pont, jusqu’à Montréal-Nord, dans le parc donc je ne me souviens plus le nom. C’est long, mais c’est beau! Et je n’étais pas le seul à avoir eu l’idée d’aller dans ce parc. Il y avait des cyclistes en promenade. Des petites familles qui venaient faire un pique-nique. Des petits vieux qui prennaient une longue marche. Des joggeuses qui profitaient du beau temps pour se pavanner. Des gars qui ont profité du beau temps pour pêcher. Un vieux bonhomme dans un gros scooter-chair qui lisait un livre sur Barrack Obama. Des oiseaux qui chantaient dans les arbres et que j’entendais sous ma musique. L’odeur du bois et des arbres au printemps.

Ça m’a pris un bon 45 minutes faire tout le parc (bon, pas tout tout, je ne me suis pas rendu jusqu’à Papineau. Prochaine fois!). Et c’est sur que je vais y aller au moins 1 fois par semaine!