La fin d’une époque

25 09 2013

Ma décision est prise. Après 11 ans comme arbitre au hockey mineur, je ne reviendrai pas cette année. Pour la première fois en 20 ans, je ne serais pas impliqué dans des arénas en terme de hockey mineur. Parce qu’avant d’être arbitre, j’ai été marqueur pendant 9 ans.

J’aurai 34 ans demain, ce qui veut dire que j’aurai passé plus de la moitié de ma vie dans les différents arénas de Montréal, et de Laval. Je crois que j’ai assez donné.

J’avais commencé à prendre ma décision après la coupe Best Buy en février dernier. La Coupe Best Buy, c’est un peu la seule chose que je voulais faire, c’était également la raison pourquoi j’ai passé la dernière saison à Laval. C’est un tournoi de hockey qui se déroule à l’extérieur, quelque chose que je voulais faire. Et j’ai eu un plaisir énorme à le faire. Après le tournoi, j’ai commencé à penser que ça serait ma dernière saison.

Mais il y avait une partie de moi qui ne voulait pas lâcher. En partie parce que j’avais quand même du plaisir à arbitrer, mais il y avait autre chose. Depuis mes débuts, j’avais cette pensée utopique de dire que moi, en tant qu’arbitre, je pourrais faire une différence dans le hockey mineur. Je me disais que si je persistais à tenter de rendre l’expérience plus humaine et plus agréable pour les jeunes, les coachs, même les parents, qu’un jour, ça allait se propager, et rendre le hockey mineur plus le fun. C’était probablement ridicule de penser comme ça, mais je le faisais, soir après soir.

Puis, un soir de mars, j’ai eu un match horrible. Un match qui m’a vraiment reviré à l’envers. Un coach irrespectueux, des joueurs hors de contrôle, et des parents sans classe qui sont allé jusqu’à lancer une bouteille sur la glace, pour des pécadilles. Et c’est ce soir-là que j’ai réalisé que, si je voulais vraiment faire une différence, il me restait un calisse de gros bout de chemin à faire, et je n’étais plus certain si ça valait la peine.

J’ai quand même terminé la saison, j’ai eu d’excellents matchs dans les séries, et ça s’est relativement bien terminé. Mais j’ai quand même gardé ce petit arrière-goût amer pendant l’été. Et après plusieurs mois de réflexion, j’ai décidé que c’était tout.

Il y a une partie de moi qui quitte avec le sentiment que j’ai pas fini ce que j’avais commencé. Je sais que c’est con, Mais je me dis que, de toute façon, c’était presqu’impossible que je change quoi que ce soit. Le hockey mineur est malade, et les gens qui sont en position de changer les choses ne veulent pas bouger, soit parce que ça les satisfait, ou bien parce que ça ne cadre pas avec leur power trip, ou bien c’est simplement dans le but de garder leurs positions. Les hauts-dirigeants du hockey mineur, que ça soit au niveau provincial, régionnal, ou des associations (pas tous, faut pas généraliser, mais beaucoup) pensent à leurs propres intérêts et ceux de leurs organisations avant ceux des jeunes, et c’est ÇA qui rend le hockey malade.

Mais bon, ça donne rien. En fait, j’ai l’air cynique et amer, mais je ne le suis pas. Parce qu’en bout de ligne, je garde d’excellents souvenirs de mes 11 années sur glace et de mes 20 années totales comme officiels. J’ai eu des collègues incroyables, des partys mémorables (même si il y en a que je me rappelle plus ou moins), des anectodes à la tonne, et des moments que je me rappellerai toute ma vie.

Est-ce que c’est définitif? Pas nécessairement. Je n’ai pas brûlé aucun pont avec les staffs d’arbitre avec lesquelles j’ai travaillé, donc si jamais je m’emmerde trop cet hiver, je peux toujours retourner l’an prochain. Mais je reviens rarement sur mes décisions. Peut-être par orgueil, mais je prends habituellement des décisions réfléchies dans ces cas-là. Mais je ne ferme pas la porte. L’arbitrage est quelque chose de vraiment passionnant. Qui sait, peut-être je vais me lancer dans le baseball, ou le football, ou le basket?

Mais pour l’instant, je vais prendre le tout un jour, une semaine, un mois à la fois. Je vais reprendre mes dimanches soirs, pour commencer! Après, on verra bien…





Back to the grindstone!

14 07 2013

I have just spent the most awesome two weeks vacation ever! One week spent at home, with the wife,  enjoying the pool, running errands that were overdue, but most of all, relaxing! The second week, spending some quality time in Jamaica, where we just had a ball!

Now don’t get me wrong! I love my job. I’m one of those fortunate ones who love their jobs, and I’m not just saying that. I truly believe it. But it still is a demanding and stressful job,  and the two weeks off were a welcome break fro  the beautiful madness that is my job.

But now, after some well deserved time off, I ended it with a fine glass of Johnny Walker Double Black, and a nice relaxing Cubana cigar, sitting on the back porch. A perfect end to a perfect vacation!

And now the batteries are fully charged, and I’m ready to get back to work. Bring it on!





Bouffe de rue (ou Comment se penser plus spécial que l’on est)

4 07 2013

Comme je suis en vacances, cette semaine, et que j’avais un rendez-vous dans le centre-ville, hier, ma femme et moi avons décidé d’essayer la fameuse bouffe de rue qu’on a tant entendu parler. On s’est donc arrêté au camion ChaudsDogs, où on s’est prit 1 pogo fait maison, avec des chips maison et un soda également fait maison (citron, fraise, basilique et menthe: Intéressant), tout ça pour 12$ chaque.

J’avoue que c’était très bon. Honnêtement, je ne suis pas certain que ça valait 12$, surtout que je suis resté en ligne pendant au moins 30 minutes.

Il y a deux problèmes avec la bouffe de rue qu’on a voulu implanté à Montréal.

Premièrement, Montréal a plié devant les restaurateurs, qui ont tous eu peur de perdre de leur chiffre d’affaire. Parce que c’est ça notre société d’aujourd’hui. Quand quelqu’un ou quelque chose menace notre business, on va tout faire pour l’en empêcher. Au lieu de, je sais pas, trouver un moyen d’innover nous même.

Mais l’autre problème, lui, est simple. On essaie de passer pour meilleurs qu’on est. On veut montrer qu’on est trop bon pour des hot-dogs ou des frittes. On a pas de maire, le maire intérimaire s’est fait arrêté, mais on mérite apparemment mieux que des gyros ou des shish-taouks sur le coin de la rue. Ça prends de la bouffe de foodies, ça prend de la bouffe fait par Ricardo ou bien Chuck Hughes, parce que notre ville est peut-être corrompue, mais pas question qu’on mange ce que la même chose que les pas de classes.

La seule bonne chose avec la bouffe de rue: Les foodcourts du centre-ville sont moins pleins!





Schällibaum encore suspendu

3 07 2013

Pour la troisième fois de la saison (qui est quand même relativement jeune), l’entraineur de l’Impact Marco Schällibaum est suspendu. Je n’ai pas vu ce qui s’est passé, mais faut croire qu’il le méritait.

J’aime bien Schällibaum. J’aime son style, j’aime ce qu’il a apporté à l’équipe. Mais c’est pas normal que l’entraineur soit suspendu 3 fois, à 3 occasions différentes, en une demie saison. Le problème, c’est que le coach va développer une mauvaise réputation. Déjà que le capitaine, Davy Arnaud, est probablement un des joueurs les plus chialeux de la ligue. Jesse Marsch, l’an dernier, était extrêmement vocale et bouillant sur les lignes de côté, mais ne s’est fait suspendre qu’une seule fois, en fin de saison.

Je crois sincèrement que Schällibaum devrait se calmer quelque peu, parce que plus ça va aller, plus les officiels vont avoir la mèche courte envers l’équipe, et ça risque de faire mal à l’Impact.





The NHL just won big!

24 06 2013

So the Blackhawks are Stanley Cup champions for the second time in four years. Many bloggers will be discussing and analyzing tonight’s game and the entire playoffs, so I’ll steer clear of that.

I will say this, however. With the ending we got tonight, with 2 goals in the last minute, and the best dawn hockey we’ve seen all season played during the last two weeks, the NHL just made a huge step in establishing a fan base in the US. NBC made record numbers during these playoffs, and the games are getting more and more coverage in news outlets (and, for once, for reasons other than a vicious cheap shot or a brawl).

It’s a good thing because let’s face it : if the NHL is to thrive (and no matter was people on Québec City think), they need Americans. Or I should say,  they need American money!





5 years of pure happiness!

14 06 2013

Exactly 5 years ago, today, I took what society likes to call “the big plunge”. To me,  it never was, really, I wanted to get married. I had been with Nancy for a while, and I knew that she was the one.

Well, that was 5 years ago, and we still love each other like day 1. We bought a house almost 3 years ago,  and we are working very hard towards the next steps of our life together.  It has its disappointments, it’s ups and downs, but in the end,  I know I can count on her, and she can count on me.  We’ve had it rough these last couple of months or years, but I know that whatever happens, we’ll get through this together, and our dreams will come through!

Nancy, thank you so much for being in my life. You’re everything I ever wanted in a wife, and I will love you forever!





My take on the QSF turban ban

5 06 2013

I’ve been a soccer referee for 11 years. Players wearing religious symbols is nothing new, and has always been a grey area. The Quebec Soccer Federation has finally made up its mind. Are they right, are they wrong, isn’t really the point.

The problem is that the reason for the ban, which is player safety, is ludicrous. No one will get injured because of a turban, it’s just common sense! Why did QSF come up with such nonsense? My feeling is that they were afraid of people saying it would give players wearing a turban would give them an unfair advantage (bear with me, here). Have you ever tried a header in soccer? It can hurt if you don’t do it properly. Or, alternately, they were afraid that some people would come up and, out of pure jealousy, say “Hey, if he’s allowed to wear that rag on his head, why can’t I wear my baseball cap?”. And if you think that such complaints are farfetched, you most likely have never been involved in amateur sports in your life.

Or perhaps safety really is a concern? Remember some years back, when kirpan in school caused a huge uproar? Defenders of the kirpan said that it was a peaceful symbol, that no one would dare use it as a weapon. Few months later, one bad apple of a sikh used his kirpan to threaten a schoolmate. Is the Quebec Soccer Federation afraid that someone would load his turban with a brick or with a sockfull of nickels?

In the end, the Quebec Soccer Federation took the decision to point to player safety to justify their decision to ban the turban, which sound a lot better than “Quebecers are a bunch of jealous bigots”. But in the end, they could’ve just grown the balls to actually accept the turban like the rest of the country does.

Oh, but wait, this is PQ territory, right?