Mon nouveau jouet: le Kobo E-Reader

19 08 2010

Ça faisait longtemps que je voulais me procurer un lecteur de e-books (le mot livrel ne m’inspire pas encore…), mais il n’y avait rien qui valait la peine, encore. Kindle est populaire, mais utilise un format propriétaire, c’est-à-dire qui ne peut être lu que par le Kindle, et que seul le Kindle peut lire. En plus, récemment, Amazon a effacé sur des Kindles de ceux qui l’avait acheté un livre que l’éditeur a décidé de retirer du format e-book. Donc, je ne truste pas Amazon. Le Sony avait l’air bien, mais sans plus, et c’était un peu cher…

Le printemps dernier, en cherchant un livre sur le site de Chapters, je tombe sur une annonce pour le Kobo E-Reader. Plus ça allait, plus les reviews que je voyais semblait valoir la peine. Je l’ai donc acheté, et je ne le regrette pas du tout.

L’appareil lit les EPubs (format open utilisé par plusieurs lecteurs, ainsi que plusieurs sites d’achats d’e-books) ainsi que les PDFs. C’est très facile de copier les e-books dessus, soit en utilisant Adobe Digital Editions, ou alors en utilisant le Kobo Desktop (que je n’aime pas vraiment, trop de bugs). L’écran E-Ink de 6 pouces est amplement grand, 5 différentes grosseurs de caractères, en plus de 2 polices. Comme tout lecteur d’e-books, le changement de page est un peu long, mais rien de trop grave. Genre 2-3 secondes entre appuyer sur le bouton et le changement de page. Pas si pire. La batterie a une bonne durée. Je l’ai chargé quand je l’ai eu, j’ai lu 2 livres et demi à date, et il me reste encore le quart de la batterie. Il se transporte bien, est très léger. Je l’ai lu l’autre jour dans le métro, et ça se tient beaucoup mieux qu’un livre.

Honnêtement, je n’arrive pas encore à trouver un point négatif. À part peut-être que le logiciel Kobo Desktop est mauvais, et que l’appareil est peut-être un peu fragile (j’ai du retourné le premier que j’ai acheté, parce que l’écran ne rafraichissait plus bien). Sinon c’est un appareil à essayer absolument si vous chercher un lecteur de e-books.

Je doute que les e-books vont complètement remplacer les livres papiers. Mais ça risque fort de créer de nombreux nouveaux fans de littératures.

Advertisements